Bien choisir sa pompe d’arrosage

30 mai 2018

 

La pompe d’arrosage permet de pomper l’eau d’une source (un puits notamment) pour ensuite la redistribuer ailleurs, dans le cas de figure d’un arrosage par exemple. Il existe sur le marché plusieurs modèles de pompes. Bien choisir sa pompe d’arrosage signifie donc en premier lieu quantifier ses besoins, mais pas seulement..

Une pompe d’arrosage pour chaque cas de figure

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte quand on entend choisir la bonne pompe d’arrosage. On pourra éventuellement se diriger vers la pompe de surface. Capable de pomper de l’eau à une profondeur maximum de 7 à 9 mètres (approximativement suivant les modèles), ce modèle est l’un des plus plébiscités pour l’arrosage ou pour le nettoyage.

La pompe suppresseur est davantage utilisée pour nourrir en eau les appareils ménagers. Elle fonctionne sur le même principe qu’une pompe classique si ce n’est qu’elle est équipée d’un réservoir d’eau. La pompe immergée sera quant à elle en mesure d’aller « chercher » de l’eau plus profondément qu’une pompe de surface classique. Enfin, on peut aussi citer la motopompe qui ne nécessite pas de branchement électrique puisque son moteur fonctionne à l’essence.

Opter pour le bon débit de sa pompe d’arrosage

Quand vient le moment de choisir sa pompe d’arrosage, il est bon de garder à l’esprit quelques chiffres clés. Une personne moyenne consomme par exemple jusqu’à 200 litres d’eau par jour. Si votre pompe va devoir combler ce besoin, il faudra bien sûr qu’elle se montre à la hauteur. Le débit pour arroser le jardin sera forcément différent bien qu’il soit ici crucial de prendre en compte la surface à couvrir. On estime qu’il faut à peu près 6 litres d’eau par mètre carré. Si vous puisez l’eau dans un puits avec votre pompe, cette dernière devra donc parvenir à extraire une quantité d’eau suffisante pour remplir cet objectif.

À noter qu’il est aussi important de prendre en compte la hauteur d’aspiration, la hauteur de refoulement et la perte de charge. Concernant ce dernier point, il s’agit de considérer le fait que la pression de l’eau diminue toujours en fonction de la longueur du trajet qu’elle a a parcourir pour rallier sa source (le puits) et son point d’arrivée (votre jardin).

Enfin, il est aussi nécessaire de prendre en considération la qualité de l’eau. Si l’eau est chargée en débris, il faudra s’équiper d’une pompe spécialement étudiée pour gérer ce cas de figure. Le bruit que produit la pompe devra aussi être pris en compte pour les personnes vivant en ville.