Chauffe-eau solaire : quelques explications !

19 mars 2018

À l’heure où la préservation de l’environnement est au cœur d’une problématique universelle, les énergies renouvelables sont en toute logique elles aussi régulièrement abordées. Comme son nom l’indique, le chauffe-eau solaire chauffe l’eau grâce au soleil. Et nul besoin de vivre dans une région ensoleillée pour en profiter car tout compte fait, ce système de plus en plus plébiscité peut s’installer n’importe où en France et fournir un service très apprécié et donc écologique. Performant, plutôt simple à installer, il s’amortit de plus très rapidement et peut non seulement chauffer l’eau pour l’usage quotidien, mais aussi être raccordé à des appareils comme le lave-linge ou le lave-vaisselle. Ce qui entraîne bien sûr des économies conséquentes…

Chauffe-eau solaire : comment ça marche ?

Tout commence avec un panneau solaire qui va capter l’énergie du soleil et provoquer le réchauffement d’un liquide qui sera ensuite envoyé jusqu’au chauffe-eau. Liquide qui va traverser l’appareil dans un serpentin pour ensuite diffuser la chaleur emmagasinée et retourner vers le panneau.

Le circuit primaire permet donc le transport de la chaleur sous forme liquide. En cela, il contient de l’antigel pour faire face à toutes les situations au moment de l’hiver et continuer à fournir de l’eau chaude à l’habitation quand bien même les températures sont négatives. Ici, le serpentin évoqué plus haut, que l’on appelle aussi échangeur thermique, fait chauffer l’eau sanitaire qui est entreposée dans un ballon de stockage. En fait, le chauffe-eau solaire fonctionne comme un cycle. Le liquide est chauffé, il réchauffe l’eau qui sera utilisée dans toute la maison, puis repart une fois refroidi pour être à nouveau chauffé.

À noter qu’un dispositif d’appoint permet de prendre le relais en période de mauvais temps prolongé. Dispositif indispensable pour couvrir tous les besoins en eau chaude d’un foyer toute l’année. Ce qui ne veut pas dire que le fait d’opter pour un chauffe-eau solaire ne soit pas économique bien au contraire. On estime ainsi à 60% ces économies. Sans compter qu’une telle installation entraîne la mise en place d’aides de l’état. Enfin, on estime qu’il faut environ 5 ans pour l’amortir.